Artist picture of Sly & Robbie

Sly & Robbie

17 566 fans

Artistes similaires

Playlists

Biographie

Le batteur Sly Dunbar surnomm√© Sly Drumbar et le bassiste Robbie Shakespeare dit Robbie Bassspear, sont sans conteste la plus fameuse section rythmique de Jama√Įque, avec Aston "Family Man" Barrett et Carlton Barrett de The Wailers. Robbie Shakespeare est d'abord le bassiste de The Aggrovators, avant de s'associer √† Sly Dunbar en 1975 au sein de The Revolutionaries, le groupe maison du studio Channel One. Ils se font particuli√®rement remarquer en 1976 avec l'album Right Time de The Mighty Diamonds.

Tr√®s vite Sly & Robbie sont plus qu'une simple section rythmique, passant leur temps en studio ils deviennent des producteurs r√©put√©s et les rois du dub. A ce titre ils participent √† un nombre incalculable d'albums en Jama√Įque, en √©tant derri√®re la plupart des classiques du genre de Gregory Isaacs √† Beenie Man, en passant par The Congos. En 1979, ils int√®grent Black Uhuru et sont directement √† l'origine de la p√©riode dor√©e du groupe qui devient quelque peu le leur. Sly & Robbie d√©finissent diff√©rents styles de "rockers" √† "one drop", et surtout le fameux "rub a dub style". 

Entam√©e au d√©but des ann√©es quatre-vingt sur leur propre label Taxi, leur discographie en tant que groupe est extr√™mement vari√©e, passant par toutes les nuances du dub, le dancehall, le reggae, et des exp√©rimentations parfois f√Ęcheuses. Chris Blackwell les √©tablit en 1983 au Compass Point Studio aux Bahamas o√Ļ ils deviennent le coeur du Compass Point All Stars, qui joue derri√®re les artistes produits alors par Island. C'est ainsi que Sly & Robbie √©paul√©s par Wally Badarou (clavier) et quelques autres pointures, sont √† l'origine de la r√©surrection artistique de Joe Cocker pour Sheffield Steel en 1982. Loin de s'arr√™ter l√†, Sly & Robbie collaborent √† cette p√©riode avec Marianne Faithfull, Serge Gainsbourg, Bob Dylan, Grace Jones, ou Mick Jagger.

Peter Tosh en rupture de The Wailers fait √©galement appel √† eux pour ses albums solos. La jeune g√©n√©ration dancehall loin de les ignorer les appelle comme tout un chacun et ils ajoutent √† leur escarcelle des noms comme Mad Cobra ou Ini Kamoze. En 1991, c'est Bill Laswell qui fait appel √† eux pour le projet avant-gardiste Material. Sly & Robbie passent leur temps en studio et refusent peu de commandes, passant all√®grement de Britney Spears √† Michael Franti, Ky-Mani Marley ou Tiken Jah Fakoly et Vanessa da Mata. 

Malheureusement, ce g√©nie trop dilu√© ne donne pas lieu au grand album que de tels virtuoses auraient pu produire pour eux-m√™me. Hormis leur collaboration exemplaire avec Black Uhuru, leurs propres disques sont tr√®s in√©gaux, voire trop souvent b√Ęcl√©s et carr√©ment mauvais. Two Rhythms Clash (1989), Dub for Tubs: A tribute to King Tubby (1990), Drum & Bass Strip to the Bone (1999) avec Howie B., Dub Revolutionnaries: Sly & Robbie Meet the Mad Professor (2004), ou Unmetered Taxi (2004) font figure d'exception parmi maints disques originaux et compilations. Virtuoses et ne se lassant jamais de jouer, Sly & Robbie sont √† eux seuls un spectacle sur sc√®ne, tant leur complicit√© et leur compl√©mentarit√© saute aux yeux et aux oreilles. Peu de musiciens m√©ritent comme Sly & Robbie le nom de "monstres". Peu ont √† leur √©gal transcend√© les styles et les cultures, tout en √©tant des ma√ģtres dans leur propre genre.