Artist picture of Michael Jones

Michael Jones

30 935 fans

Artistes similaires

Playlists

Biographie

Fils d’un père gallois, soldat et violoniste, et d’une mère française, Michael Bernard Eifian Jones naît le 28 janvier 1952 à Welshpool, Pays de Galles. Après avoir fait de la batterie, il débute la guitare en 1963 et forme le groupe Urban District Council Dib Dob Band trois ans plus tard, avec lequel il reprend des chansons de Deep Purple, Chuck Berry ou Led Zeppelin.

Débarquement en Normandie

En 1971, lors de vacances à Caen, Michael Jones intègre le groupe de rythm’n’blues Travers & Cie. Cette expérience dure finalement six ans, et le musicien ne quittera dès lors plus la France.

Rencontre fortuite

En 1977, Michael Jones remplace le chanteur Jean-Jacques Goldman dans son groupe Taï Phong, le temps d’une tournée et d’un 45 tours, Cherry (1978). Les deux ne tardent pas à lier connaissance, prémice d'une longue et étroite collaboration. Il compose ensuite les titres « How Do You Do » et « Thirteenth Space » inclus sur leur album Last Flighr (1979). Parallèlement, il collabore avec le groupe toulousain Week-end Millionnaire.

Donnant donnant

Après la dissolution des Taï Phong, Jean-Jacques Goldman invite Michael Jones sur sa première tournée en solo, en 1983. Sous le pseudonyme de Sweet Memories, il lui écrira même une chanson, « Viens », que Jones sortira en 1984, couplée avec une de ses propres compositions, « Pas besoin de permis ». Consécutivement, Jones coécrit « Je te donne » avec Goldman qui sera l’un des gros tubes du chanteur (n° 1 durant huit semaines).

Première tentative en solo

Michael Jones enregistre un premier album solo, Michael Jones and the Swinglers (1987), dont la sortie reste très confidentielle malgré la production assurée par Goldman, et le vinyl ne fera jamais l’objet de réédition en CD.

En trio

En 1988 s'ébauche la collaboration entre Jean-Jacques Goldman, Michael Jones et la chanteuse Carole Fredericks, trio célèbre dont les débuts seront officialisés par la sortie du premier disque Fredericks Goldman Jones (1990), jusqu'à leur séparation en 1995.

Essai transformé

En 1997, Michael Jones s’entoure de nombreux collaborateurs (Frédéric Kocourek, Jacques Veneruso, Jean-Félix Lalanne…) pour signer en son nom son premier album marquant, intitulé A Consommer Sans Modération (1997). Proposant des chansons basées sur des textes uniquement en français, il en écrit lui-même trois, et compose les musiques de quatre autres.

Sur son deuxième album Prises et Reprises (2004), teinté de blues et de folk-rock, figurent des titres de Jean-Jacques Goldman (« Le frère que j’ai choisi », « P’tit blues peinard ») ou Francis Cabrel (« Marcher dans Memphis »).

Star Academy

En septembre 2004, Michael Jones intègre l’équipe de professeurs de la quatrième saison de la Star Academy, et celle des juges sur les deux saisons suivantes.

En 2006, Michael Jones forme le groupe El Club, avec Gildas Arzel, Christian Séguret et Erick Benzi, qui enregistre l’album El Club (2007). Le 25 mai 2009 sort le nouvel album solo de Michael Jones, Celtic Blues (2009).