Artist picture of Bootsy Collins

Bootsy Collins

16 819 fans

Top titres de l'artiste

I'd Rather Be with You Bootsy Collins 04:58
Funky Kingston Toots & The Maytals, Bootsy Collins, The Roots 04:05
The Power of the One Bootsy Collins, George Benson, The Williams Singers 04:58
I'm Leavin' U (Gotta Go, Gotta Go) (feat. MC Lyte) Bootsy Collins, MC Lyte 04:33
I'd Rather Be with You Bootsy Collins 04:57
Hot Saucer (feat. Musiq Soulchild & Big Daddy Kane) Bootsy Collins, Big Daddy Kane, Musiq Soulchild 04:54
Shine on You Crazy Diamond (Parts 6-9) Rod Argent, Steve Hillage, Bootsy Collins, Ian Paice 12:38
Don't Let 'Em (feat. Rosie Gaines, Snoop Dogg, Till Bronner) Bootsy Collins, Rosie Gaines, Snoop Dogg, Till Brönner 05:32
I'm Leavin' U (feat. MC Lyte) (Gotta Go, Gotta Go) Bootsy Collins, MC Lyte 03:50
Thera-P (feat. Tyshawn Colquitt & Alissia Benveniste) Bootsy Collins, Alissia Benveniste, Tyshawn Colquitt 03:45

Artistes similaires

Playlists

Biographie

William « Bootsy »Collins Collins naît à Cincinnati, dans lOhio (États-Unis), le 26 octobre 1951.

Il n'a que seize ans quand son idole James Brown le recrute pour jouer dans son orchestre en 1969. « Bootsy » Collins est alors le bassiste de The Pacesetters avec son frère, le guitariste Phelps « Catfish » Collins, Philippe Wynne (futur chanteur de The Spinners) et Frankie Waddy (batterie). Ils deviennent alors The J.B.'s jusqu'en 1971, quand a lieu la scission de l'orchestre.

« Bootsy » Collins rejoint alors George Clinton, son alter-ego en excentricité, dans le groupe Parliament et son corollaire Funkadelic, à l'origine d'enregistrements historiques du sous-genre P-Funk qu'ils créent de toutes pièces. En 1976, il forme son propre groupe Bootsy's Rubber Band avec son frère et Waddy, plus Robert « P-Nut » Johnson (chant), Joel « Razor Sharp » Johnson (claviers), Gary « Mudhone » Cooper (batterie) et la section de cuivres The Horny Horns. Le groupe démarre avec le single classé « Stretchin' Out (In a Rubber Band) » en 1976, suivi de « The Pinocchio Theory » (1977) et du n°1 « Bootzilla » (1978), extraits des albums Ahh...The Name Is Bootsy, Baby! et Bootsy? Player of the Year. Cela constitue la période faste de « Bootsy » Collins pour Warner Bros., qui se clôt trois albums plus tard, en 1982.

Après un long silence discographique, compensé par d'intenses tournées, le bassiste revient en 1988 sous le label Columbia avec l'album What's Bootsy Doin'?. L'année suivante, il collabore avec le Bootzilla Orchestra sur l'album Waltz Dancing de Malcolm McLaren, puis avec le trio Deee-Lite en 1990.

Le Bootsy's New Rubber Band, remodelé, sort Blasters of the Universe en 1994 et Fresh Outta 'P' University en 1997, tout en menant de longues tournées mondiales. L'album de Noël Christmas Is 4 Ever suit en 2006, entre deux enregistrements en public. L'année 2011 voit une nouvelle sortie avec l'album Tha Funk Capital of the World, avec les participations de Samuel Lee Jackson et Ice Cube. Devenu un promoteur d'oeuvres caritatives et un trublion à la télévision, le musicien ne retourne en studio que quelques années plus tard, pour l'enregistrement de World Wide Funk (2017), qui inclut des contributions de Snoop Dogg, Stanley Clarke et Victor Wooten.