Artist picture of Joe Jackson

Joe Jackson

22 190 fans

Artistes similaires

Playlists

Biographie

David Ian Jackson, dit Joe Jackson, est né à Burton-upon-Trent le 11 août 1954. Enfant surdoué d'une famille modeste, il s'initie au piano et parvient à étudier à l'Académie royale de musique à Londres. Il forme ensuite sont premier groupe pub rock, Arms & Legs, en 1976, avant de composer ses premières maquettes.

Il compose et produit intégralement son premier album Look Sharp! publié en 1979 par A&M, enregistré avec son groupe constitué de Gary Sanford (guitare), Graham Maby (basse) et Dave Houghton (batterie). Avec les titres « Is She Really Going Out With Him? » et « Sunday Papers », Joe Jackson est vite catalogué dans la catégorie post-punk et mis en rivalité avec Elvis Costello pour son style de chansons nerveuses. La même année paraît I'm the Man, dans un style similaire, suivi de l'énergique Beat Crazy en 1980.

Celui que l'on surnomme alors le « Tintin du rock » pour sa haute silhouette à chapeau et ses cheveux blond, ras, avec une houpette, dissout son groupe, ne retenant que son comparse Graham Maby. Son caractère arrogant intimide et ses disques séduisent. En 1981, il change d'univers musical avec l'album Jumpin' Jive consacré au répertoire swing des big bands de jazz. L'année suivante, son best-seller Night and Day propose des compositions sophistiquées au piano et sans guitare, sur une face lente (« Slow Song », « Breaking Us in Two ») et une autre rythmée (« Chinatown », « Steppin' Out »).

En 1985, Body and Soul fait honneur aux musiques latines (« Cha Cha Loco »). L'album se classe des deux côtés de l'Atlantique. Le double album live Big World suit en 1986, sans applaudissements. En passant d'un genre à un autre, Joe Jackson se coupe davantage de son public à chaque disque : Will Power (1987) est entièrement instrumental et expérimental (entre le contemporain et le jazz symphonique) ; Blaze (1989) est un échec commercial qui lui coûte son contrat ; Laughter and Lust (1991) note un regain d'intérêt.

C'est avec Night Music, paru en 1994, que Joe Jackson revient au premier plan. Un disque hybride entre chansons (avec Maire Brennan de Clannad) et pièces instrumentales. Signé sur Sony Classical, il réalise Heaven & Hell (1997) avec les présences de Suzanne Vega, Jane Siberry et le chanteur d'opéra Dan Upshaw. En 1999, Symphony N°1, avec les guitares de Steve Vai et Terence Blanchard, lui apporte un Grammy Award du meilleur album pop instrumental. Le compositeur semble s'être définitivement détaché de l'univers pop/rock, quand sort Night and Day II (2000), suivi de Two Rainy Nights: Live in the Northwest (2002).

À la surprise générale, Joe Jackson réunit son groupe originel pour Volume 4 (2003) et l'enregistrement en public Afterlife (2004). Il renouvelle l'expérience sur l'album Rain (2008), signifiant un retour aux sources. Après une nouvelle tournée qui est l'occasion de reprendre ses succès d'antan, le musicien revient à ses amours jazz par un album consacré à l'oeuvre de Duke Ellington ; The Duke convie entre autres invités Iggy Pop, Steve Vai, Sharon Jones, Christian McBride et ?uestlove (The Roots). Pour l'enregistrement original suivant Fast Forward (2015), enregistré à New York, Berlin, Amsterdam et La Nouvelle-Orléans, Joe Jackson s'entoure de Graham Maby (basse), Bill Frisell (guitare), Brian Blade (batterie) et Regina Carter (violon). Son successeur, Fool (2019), renoue avec la veine énergique de ses débuts et au pop-rock sophistiqué qui a suivi.