Artist picture of Martha Argerich

Martha Argerich

110 259 fans

Top titres de l'artiste

Piano Sonata No. 2 in B-Flat Minor, Op. 35 : Frédéric CHOPIN : Sonate pour piano n° 2, op.35. Marche funèbre Martha Argerich 08:37
Fantaisie for Piano and Orchestra, L. 73 : II. Lento e molto espressivo Daniel Barenboim, Martha Argerich, Staatskapelle Berlin 06:31
12 Movements From Romeo And Juliet, Op. 64 : 6. Juliet As A Young Girl - The Nurse Delivers Juliet's Letter To Romeo (Transcription For 2 Pianos By Sergei Babayan) Martha Argerich, Sergei Babayan 00:47
Chopin: Mazurka No. 38 in F-Sharp Minor, Op. 59 No. 3 Martha Argerich 03:05
24 Préludes, Op. 28 : No. 7 in A Major Martha Argerich 00:44
Schumann: 5 Stücke im Volkston, Op. 102: I. Mit Humor - Vanitas vanitatum (Live) Martha Argerich 03:14
Schumann: Phantasiestücke, Op. 88: I. Romanze. Nicht schnell, mit innigem Ausdruck (Live) Martha Argerich, Gautier Capucon, RENAUD CAPUCON 02:26
Fantaisie for Piano and Orchestra, L. 73 : I. Andante ma non troppo Daniel Barenboim, Martha Argerich, Staatskapelle Berlin 08:08
Chopin: Polonaise No. 6 in A-Flat Major, Op. 53 "Heroic" Martha Argerich 06:37
Le Carnaval des Animaux : Aquarium Irena Grafenauer, Gidon Kremer, Martha Argerich, Nelson Freire 02:35

Playlists

Biographie

Martha Argerich naît le 5 juin 1941 à Buenos Aires, en Argentine. Dès l'âge de cinq ans, la jeune fille révèle d'étonnantes prédispositions musicales au piano, contrariant son souhait de devenir médecin.

Formée au conservatoire, elle retranscrit dès huit ans et avec la plus grande aisance des concertos de Mozart et Beethoven et des suites de Bach. En 1955 (elle n'a alors que quatorze ans), l'état argentin lui attribue une bourse pour étudier en Europe auprès des plus grands maîtres, à Londres puis à Vienne et en Suisse. Les pianistes Friedrich Gulda, Nikita Magaloff et Arturo Benedetti Michelangeli lui donnent des leçons.

Titulaire de grands prix de piano aux concours de Genève et Bolzano, Martha Argerich remporte le prestigieux concours Frédéric-Chopin de Varsovie en 1965 et débute sa carrière professionnelle au Lincoln Center de New York l'année suivante. Déjà, son tempérament intransigeant lui attire les foudres des organisateurs de concerts, faisant face à des désistements aussi inexplicables qu'inattendus. Rebelle jusqu'au bout, la pianiste ne signe jamais de contrat, malgré un calendrier établi sur plusieurs mois. Son premier enregistrement, en 1960, lui vaut les compliments de Vladimir Horowitz.

En 1969, Martha Argerich épouse le chef d'orchestre Charles Dutoit, dont elle divorce en 1973, interrompant alors sa carrière pendant trois ans. Elle se marie ensuite au pianiste Stephen Kovacevich. La grande facilité et l'instinct de la partition de Martha Argerich lui permet d'aborder des compositeurs de tous temps, de Bach aux contemporains, en passant par les plus belles pages de Mozart, Beethoven, Liszt, Chopin, Rave, Debussy ou Stravinsky qu'elle a magnifiées. En 1980, rétive aux récitals en solitaire, elle décide de ne se produire qu'accompagnée par un orchestre de chambre ou grand orchestre.

Martha Argerich est également reconnue comme un grand soutien à de jeunes pianistes. On lui doit la révélation d'Ivo Pogorelic et l'ascension d'Hélène Grimaud. Cette grande amie de Nelson Freire organise depuis 1996 le festival de Beppu, au Japon, et livre régulièrement le résultat de ses concerts sur disque. Détentrice de quatre Grammy Awards et de multiples autres récompenses, Officier des Arts et Lettres (1996), Martha Argerich est entrée depuis longtemps dans la légende du piano et continue de se produire d'un festival à un autre, au gré de ses envies.

En 2014, la disparition de son complice des débuts, Claudio Abbado, l'affecte beaucoup. La compilation Complete Concertos, qui rassemble leurs oeuvres communes, paraît entre l'anthologie Le Piano Roi (2014) et deux nouveaux récitals : l'un consacré au duos de Mozart, Schubert et Stravinsky et l'autre à la musique pour deux pianos de Rachmaninov, avec Nelson Goerner.