Artist picture of Spirit

Spirit

4 454 fans

Top titres de l'artiste

Nature's Way Spirit 02:32
Taurus Spirit 02:37
Aren't You Glad Spirit 05:31
The Other Song Spirit 05:30
Mr. Skin Spirit 04:00
Animal Zoo Spirit 03:10
Life Has Just Begun Spirit 03:29
Prelude - Nothin' to Hide Spirit 03:42
Morning Will Come Spirit 02:50
Topanga Windows Spirit 03:37

Artistes similaires

Playlists

Biographie

Spirit est initialement le projet du guitariste Randall Wolfe, dit Randy California, et de son (ex) beau-père Ed « Cass » Cassidy, ce dernier étant resté le plus longtemps dans la formation et ayant assuré son leadership quand Randy California n'était pas en mesure de le faire, ce qui s'est produit plus d'une fois.

Né à Los Angeles en 1951, Randy Wolfe grandit dans un environnement musical, son oncle tenant l'Ash Grove, un club où se produisent beaucoup de chanteurs de blues connus, comme John Lee Hooker ou Mance Lipscomb, qui enseignent au guitariste en herbe qu'est Randy leurs accords et leurs astuces. Divorcée, sa mère Bernice se remarie avec un géant au crâne rasé nommé Ed Cassidy : né en 1923 (ce qu'il dissimulera longtemps), c'est un vétéran de la batterie qui a surtout joué dans des groupes de jazz, ayant accompagné des sommités du genre comme Art Pepper ou Gerry Mulligan. En 1964, Cassidy intègre les Rising Sons, le groupe de Taj Mahal et du tout jeune Ry Cooder mais il doit le quitter à la suite d'un concert, où, peu habitué à jouer les rythmes binaires, il s'est cassé le poignet ! Rétabli, il rejoint l'année suivante les Red Roosters, le groupe de blues et de folk qu'a fondé Wolfe avec quelques copains, dont le chanteur et pianiste Jay Ferguson et le bassiste Mark Andes.

En 1966, afin d'augmenter les chances de succès de Wolfe dans le marché musical, la famille Cassidy déménage à New York. C'est là-bas, dans un magasin d'instruments appelé Manny's, que celui-ci fait une rencontre qui va changer sa vie à jamais, celle d'un certain Jimmy James, un guitariste noir qui, impressionné par ses capacités, le recrute sur-le-champ dans le groupe qui l'accompagne, les Blue Flames, le met à la guitare rythmique et le rebaptise Randy California, un autre Randy jouant déjà dans le groupe. Quelques mois plus tard, ce guitariste deviendra mondialement célèbre sous le nom de Jimi Hendrix (au moment de partir pour l'Europe, Jimi Hendrix souhaite que Randy California l'accompagne, mais ses managers et les parents de Randy refusent, parce que Randy est mineur). De retour en Californie, Ed Cassidy et Randy California retrouvent par hasard Jay Ferguson et Mark Andes à un love-in, avec un claviériste, John Locke. Après avoir mis au point leur répertoire dans la maison de Topanga Canyon où ils se sont installés et vivent en communauté, les cinq musiciens décident de créer un nouveau groupe et, inspirés par un livre de Khalil Gibran (auteur du Prophète), ils choisissent de se nommer Spirit Rebellious, qui sera abrégé en Spirit.

Après plusieurs auditions infructueuses, Spirit obtient un contrat chez Ode, le label de Lou Adler (producteur des Mamas and the Papas), distribué par la Columbia. Leur premier effort, Spirit, basé essentiellement sur leur set de concert, sort en janvier 1968 et est bien reçu par la critique, mais il se vend modestement. L'album suivant, The Family That Plays Together (décembre 1968), et la chanson « I Got A Line On You » (classique du hard rock écrit et chanté par California et qui sera repris par Blackfoot, Alice Cooper et Jeff Healey) font un score plus encourageant, qui leur permet de se produire en dehors de la Californie. En 1969, sur certaines de ses dates, Spirit a même un jeune groupe anglais en première partie, Led Zeppelin : son chanteur Robert Plant est très fan de leur musique, dont il réutilisera certains éléments dans celle du « Dirigeable ». En raison de son look très atypique pour l'époque (boule à zéro, toujours vêtu de noir) et de sa batterie aux énormes tambours latéraux, Ed Cassidy est vite devenu le porte-parole du groupe et son membre le plus populaire, sa silhouette étant mise en avant sur les pochettes de disques et photos de promotion.

En répondant à l'invitation de Jacques Demy à participer au film Model Shop, qui sort en 1969 et dont ils composent la bande originale (celle-ci ne sera éditée qu'en 2005), ils pensent pouvoir approcher un peu mieux le grand public. La même année, l'album Clear réutilise certains éléments de cette B.O., mais est moins bien accueilli que The Family That Plays Together ; quant au film, il fait un bide au box-office. Avec la chanson « 1984 », inspirée à Randy California par la lecture du roman de George Orwell et très orientée vers les radios, le groupe pense tenir enfin un hit majeur : hélas ! victime de la censure, le single voit sa course dans les charts brutalement stoppée en raison de ses allusions politiques - curieusement, il devient un tube en Allemagne, où Spirit se produit lors de sa première tournée européenne, qui passe également par l'Angleterre.

A ce stade-là, les membres du groupe croient encore en leurs chances, mais leurs relations avec la maison de disques ne tardent pas à se détériorer. De plus, Randy tenant un rôle grandissant dans la composition, Jay Ferguson est lassé et l'ambiance s'en ressent. Dès lors, le sort ne cesse de s'acharner sur Spirit : approché pour jouer en conclusion du festival de Woodstock juste avant Jimi Hendrix, le quintette est victime d'une manoeuvre de son management, qui le force à apparaître à la place dans un show radio sans intérêt. De même, alors qu'il travaille d'arrache-pied sur l'album Twelve Dreams of Dr. Sardonicus (titre tiré d'un film d'horreur des années 50) avec David Briggs, producteur de Neil Young, Randy California, tête brûlée, fait une chute de cheval et tout le monde doit s'arrêter le temps de sa convalescence.

Sorti en 1970, Twelve Dreams..., en dépit de toutes ses qualités, est accueilli tièdement et le groupe va alors traverser des épreuves encore plus terribles : complètement désillusionné, Randy California, qui a perdu son mentor Jimi Hendrix (18 septembre 1970) et à qui la maison de disques a refusé un album (Potatoland), tente de mettre fin à ses jours à Londres en se jetant d'un pont. Sauvé de justesse, il abandonne un temps la musique et échoue à Hawaii, où il vivote. Découragés eux aussi, Jay Ferguson et Mark Andes font scission et créent leur propre groupe, Jo Jo Gunne, qui connaîtra un hit single avec « Run, Run, Run » mais ne vit pas longtemps. Il ne reste alors plus à bord qu'Ed Cassidy et John Locke, qui choisissent de garder le nom de Spirit en recrutant deux frères originaires du Texas, Al et John Christian Staehely. Ce line-up entre en studio avec David Briggs, sort l'album Feedback (1972) dans l'indifférence générale et en pleine tournée, Ed Cassidy et John Locke jettent à leur tour l'éponge, les Staehely honorant le reste de leurs engagements avec d'autres musiciens, ce qui veut dire qu'il n'y a alors plus aucun membre du groupe d'origine au sein de Spirit, une première ! Jay Ferguson ne connaît guère plus de réussite avec Jo Jo Gunne et une fois le groupe sabordé, il entame une carrière solo puis se consacre à des musiques de films, Mark Andes rejoignant Firefall (il jouera plus tard dans le groupe de hard FM Heart).

De son côté, Randy California, qui a vite remonté la pente, enregistre un très bon album solo, Kaptain Kopter and the Fabulous Twirly Birds, où il a à ses côtés, dissimulés derrière des pseudonymes, Noel Redding et Mitch Mitchell (autrement dit l'ancienne section rythmique du Jimi Hendrix Experience), mais celui-ci se vend très mal. Après avoir récupéré la possession du nom Spirit, California se réconcilie avec Ed Cassidy et ils enregistrent en duo le double album Spirit Of '76 (1975) qui, bien que fraîchement accueilli, est considéré aujourd'hui comme leur dernier classique. Plus tard la même année, paraît également Son of Spirit.

Même s'ils restent longtemps fâchés, Randy California, Ed Cassidy, Jay Ferguson, John Locke et Mark Andes voient se présenter quelques occasions de rejouer ensemble, mais ils ne sauront pas les exploiter. Ainsi, sans Jay Ferguson mais avec à la guitare slide Matt Andes (le frère de Mark), ils enregistrent l'album Farther Along (1976). Juste après, Jay Ferguson étant revenu, le Spirit original se produit dans un festival avec Firefall et Neil Young mais, n'ayant pas répété, il donne une prestation très en dessous de son niveau d'antan. De plus, le Loner, fin saoul, ayant rejoint le groupe sur scène sans s'annoncer ni même les prévenir, une querelle éclate entre lui et Randy California, qui met immédiatement fin à cette reformation.

En conséquence, California et Cassidy se retrouvent à nouveau seuls dans la galère, mais ils publient Future Games (1977) et embauchent le bassiste Larry « Fuzzy » Knight. C'est avec lui que Spirit crée la sensation au festival allemand Rockpalast, en 1978, leur apparition faisant l'objet d'un album live réputé, Made in Germany, au titre trompeur puisqu'il a surtout été enregistré en Angleterre, pays où il a lors d'une tournée un autre power trio en première partie, The Police, qui connaîtra une célébrité mondiale. En1980, il voit enfin Potatoland publié, par le nouveau label Rhino Records. En 1984, une nouvelle tentative de reformation du groupe d'origine tourne court (le quintette apparaîtra pour la dernière fois sur la même scène sept ans plus tard), un album studio exécrable, The Thirteenth Dream, n'ayant pas arrangé les choses.

S'il a pu au fil des ans fidéliser un public de nostalgiques grâce auquel il tourne régulièrement et publie des disques, Spirit ne dépasse jamais le statut de groupe-culte. Les quatre autres albums solo de Randy California (Euro-American, Watchtower, Restless et Shattered Dreams entre 1982 et 1987) sont anecdotiques et les parutions de Spirit se font sur des labels sans grande envergure, à une exception près : sorti chez IRS, Rapture In The Chambers (1988) voit California et Cassidy, auxquels John Locke et Mark Andes sont venus donner un coup de main en passant, s'essayer au hard FM, mais sans grande réussite. Toujours curieux de tout, Ed Cassidy se reconvertit partiellement, donnant des cours de percussion dans des écoles de musique et faisant même de la figuration dans des films, comme Tucker de Francis Ford Coppola (1988).

Au début des années 90, l'excellente compilation en double CD Time Circle et la réédition des quatre premiers albums studio par Columbia/Sony attirent à nouveau l'attention sur Spirit. Sollicité par Yazid Manou, Randy California apparaît lors de la Nuit de la Guitare à l'Olympia de Paris, où il fait un triomphe, rendant un superbe hommage à Jimi Hendrix. Mais il est dit que la malédiction devait poursuivre Spirit jusqu'au bout : début janvier 1997, sur le point de repartir en Europe pour y faire une tournée et promouvoir le dernier album California Blues (on parlait même de Noel Redding à la basse), Randy California, alors en vacances à Hawaii, se noie dans le Pacifique en sauvant son fils de douze ans, Quinn, avec qui il était parti surfer. On ne retrouvera jamais son corps. Dévasté, Ed Cassidy, alors le plus vieux batteur de rock en activité et qui s'apprêtait à remonter sur scène à l'âge de 73 ans, monte un groupe appelé Spirit Revisited qui sera vite démantelé suite à l'interdiction de son ex-femme Bernice Wolfe. Depuis, il semble avoir pris pour de bon une retraite bien méritée. En 2005, Jay Ferguson et Mark Andes ont reformé Jo Jo Gunne dans sa configuration originelle. En août 2006, un autre membre de Spirit a définitivement quitté la scène : le sous-estimé John Locke, qui avait un temps joué avec le groupe de hard Nazareth (1980-1982) et a succombé à un lymphome.

Copyright 2019 Music Story