Artist picture of George Jones

George Jones

37 159 fans

Artistes similaires

Playlists

Biographie

Né le 12 septembre 1931 à Beaumont dans le Texas (Etats-Unis), George Glenn Jones se prend de passion pour la musique en découvrant les chorales gospel à l'église et en écoutant avec ses six frères et soeurs la radio sur laquelle passent les stars de la chanson et de la country de l'époque. Avec sa première guitare offerte pour ses neuf ans, il joue au coin de la rue puis dans le show d'une station de radio située à Jasper (Texas), où il établit domicile à seize ans après avoir quitté le nid familial.

En 1950, George Jones épouse en premières noces Dorothy Bonvillion avant de divorcer dans l'année. Enrôlé dans la marine quand éclate la guerre de Corée, il interrompt sa carrière débutante pour servir l'uniforme dans une caserne de Californie et se produit occasionnellement dans les bars. De retour au Texas en 1953, le jeune chanteur et guitariste impressionne le patron du label Starday Records, Pappy Daily, qui le signe et lui fait enregistrer « No Money in This Deal » puis trois autres simples. Le quatrième, « Why, Baby, Why », atteint la 4ème place des charts country à l'été 1955 et marque le départ d'une longue carrière pavée de succès et de déboires de tous ordres. Programmé avec Elvis Presley au Louisiana Hayride puis au Grand Ole Opry, George Jones cumule les hits jusqu'à son premier n°1 « White Lightning » en 1959, suivi de « Tender Years » en 1961.

L'année 1962 est celle du changement de label de Mercury à United Artists où son mentor est nommé producteur et aussi celle de son troisième n°1 « She Thinks I Still Care ». Parallèlement à une série de duos avec Melba Montgomery (« We Must Have Been Out of Our Minds » est n°3) George Jones poursuit une carrière solo faite de succès à répétition incluant le classique « The Race Is On » en 1964 et d'autres pour le label Musicor qu'il rejoint l'année suivante. « The Possum » comme on le surnomme alterne hits et frasques. D'un côté il signe les tubes « Things Have Gone to Pieces », « Love Bug », « Walk Through This World With Me » (n°1 en 1967) et « A Good Year for the Roses » tandis que s'accumulent les problèmes d'addiction à l'acool et à la cocaïne, les concerts annulés à la dernière minute de « No Show Jones », les scènes de violence en tournée et les scènes de ménage avec sa deuxième épouse Shirley Ann Corley dont il divorce en 1968.

Désormais installé à Nashville, le chanteur continue d'enregistrer à un rythme frénétique, plus de 300 titres en cinq ans, des pépites comme des ratages que son label publie à long terme ou que la star distribue aux collègues, du duo éphémère avec Gene Pitney à sa rencontre avec Tammy Wynette en 1969. Plus souvent qu'à son tour, le couple vedette qui échange ses alliances le 16 février 1969 fait la « une » de la presse à scandales quand ce ne sont pas les désaccords avec leurs labels respectifs Musicor et Epic ou les disputes avec Pappy Daily qui conduisent à leur séparation. En 1971, Jones rejoint le label Epic pour une nouvelle série de succès dans un style de plus en plus sentimental, plus proche du crooner et du chanteur de charme que du modèle honky tonk d'Hank Williams. Sous l'égide du producteur Billy Sherrill, il crée successivement les duos « We Can Make It », « Loving You Could Never Be Better » (1972), « We're Gonna Hold On » (n°1) jusqu'au divorce de Tammy Wynette en 1975. Durant cette période trouble, le triomphe de George Jones ne se dément pas avec les hits « The Grand Tour », « The Door » et « These Days (I Barely Get By) ». En 1976, le couple se rabiboche le temps de deux numéros un, « The Golden Ring » et « Near You ».

Inévitablement, le succès décline au fur et à mesure que le chanteur s'enfonce dans ses dépendances à l'alccol et aux drogues. Les duos avec Johnny Paycheck (« Maybellene ») et James Taylor (« Bartender's Blues ») et le succès de l'album My Very Special Guests ne compensent pas une année 1979 qui se solde par l'annulation de cinquante quatre concerts. Parti d'une cure de désintoxication au bout d'un mois de sevrage, il retrouve le chemin des studios avec Tammy Wynette (« Two Story House ») ou sans elle pour la ballade « He Stopped Loving Her Today » qui émeut l'Amérique tout entière et l'album I Am What I Am, certifié disque de platine en 1980. Entré de son vivant dans la légende de la musique country, George Jones déploie encore huit titres dans le Top Ten américain jusqu'en 1983 quand son troisième mariage avec Nancy Sepulvada est suivi d'une arrestation en direct pour trafic de drogues et délit de fuite.

La nouvelle vague d'artistes qui rajeunit la country dans les années 1980 ne déstabilise pas George Jones dont la cote d'amour auprès du grand public américain ne se dément pas. L'artiste enregistre One Woman Man en 1988 puis signe avec MCA pour Along Came Jones publié en 1991 après le duo « A Few Ole Country Boys » avec Randy Travis. L'année 1992 voit son intronisation au Country Music Hall of Fame et 1995 la sortie de l'album One avec Tammy Wynette. L'autobiographie I Lived to Tell It All (inédite en France) précède l'album It Don't Get Any Better Than This en 1998. Un accident de voiture survenu en mars 1999 retarde de quelques mois l'enregistrement de Cold Hard Truth pour son nouveau label Elektra. Trois autres albums suivent, The Rock: Stone Cold Country en 2001, Hits I Missed...And One I Didn't en 2005 et Burning Your Playhouse Down en 2008 pour Vanguard avant l'hospitalisation du chanteur en avril 2013 pour un accès de fièvre et de l'hypertension. George Jones décède le 26 avril 2013 à l'âge de 81 ans après une carrière bien remplie et jalonnée d'éloges de la part de confrères nommés Frank Sinatra, Dolly Parton, Waylon Jennings ou Merle Haggard à celui qui était surnommé « la Rolls-Royce de la musique country ».