Artist picture of twinsmatic

Twinsmatic

9 535 fans

Artistes similaires

Playlists

Biographie

Difficile à l’écoute du premier EP de twinsmatic de penser un seul instant que le duo est français, tant cet EP de cinq titres semble loin des productions poussives et répétitives auxquelles le R&B hexagonal nous a habitués… Une identification d’autant plus complexe que les cinq titres font le grand écart entre les tenants du renouveau du R&B américain et les expérimentations soul anglaise telles que pratiquées par un Jamie XX ou par les autres artistes de son label Young Turks. Il faudra pourtant s’y faire, mais surtout au passage s’en féliciter : twinsmatic, tout en brouillant allègrement les pistes, est bel est bien le nouveau motif de fierté pour la french touch. Et on n’a pas fini d’en parler. Si le duo issu du XXe arrondissement de Paris avoue avoir tou-jours baigné dans la musique, ce n’est qu’en 2010 que Julian et Nadeem décident de passer à la vitesse supérieure avec « Green-room », une première mixtape étonnante - où on retrouve leurs versions, retravaillées et ralenties, des tubes de Drake, Rihanna ou Pharrell. Un premier jet qui pose exactement l’univers musical du duo : épuré et futuriste. Un mix global, son et image, qui s’accompagne de vidéos spécialement réalisées par le duo pour l’occasion, où twinsmatic pose les bases de leur créativité au sens large. Trois ans passés en parallèle chez colette (au studio photo pour l’un, à la gestion du rayon musique pour l’autre) permettront au duo d’affiner cette idée d’image globale, de donner une architec-ture au concept twinsmatic. Une seconde mixtape, « Troublesea-son », plus officielle et en collaboration avec la boutique qui fait et défait la tendance, leur permettra de devenir ainsi l’objet de toutes les obsessions. Leur univers, insolite dans le monde du R&B hexagonal, les amène rapidement à être contacté par Booba, notre fierté nationale, qui leur demande d’assurer la première partie de sa tournée au prin-temps 2013; ils signent un remix détonnant et surprenant de « La Mort lui va si bien ». Il serait pourtant dommage de circonscrire twinsmatic à de simples faiseurs de beat et de boucles électro, et leur premier EP « Sounds From Last Night » en est la preuve évidente. Accordant autant de détails à leur son, qu’à leur image ou leur communica-tion, twinsmatic pose les bases d’un univers urbain et élégant qui a fait du « less is more » sa philosophie. Pour l’heure, le duo lâche son premier cinq titres, vague ensoleil-lée de post-R&B, où la révélation Christine & The Queens s’invite. twinsmatic annonce également une collaboration prochaine avec Chateau Marmont, le groupe français ancré dans la pop-70’s cise-lée à l’or fin, réfléchit déjà à des idées de live qui changent tout, et affirme que son prochain EP, sur lequel le duo est déjà à l’ouvrage, sera plus dansant et risque d’en surprendre plus d’un. On n’en demandait pas tant.