Artist picture of Bruce Springsteen

Bruce Springsteen

802 087 fans

Artistes similaires

Playlists

Biographie

C'est dans la maternité de Long Branch, sur la côte Atlantique à 15 kilomètres au nord d'Asbury Park, que naît Bruce Frederick Springsteen le 23 septembre 1949, premier enfant né d'Adele et Douglas Springsteen, elle d'ascendance italienne et lui irlandaise.

À treize ans, ses parents lui offrent sa première guitare. À 16 ans, il rejoint le groupe semi-professionnel des Castiles, qui enregistre à Bricktown en mai 1966 deux faces co-écrites par Springsteen qui ne sont pas publiées.

La réputation de Bruce Springsteen comme auteur-compositeur et surtout comme guitariste s'est néanmoins étendue dans le New Jersey, en particulier Ashbury Park. Sa véritable attraction pour les jeunes amateurs de rock et de sensations est le club Upstage, lieu de rendez-vous des branchés d'une partie du New Jersey, où se retrouvent tous les musiciens locaux. Dr Zoom and the Sonic Boom en 1971et ses dix musiciens (l'ossature du futur E Street Band) effectue trois concerts avant que son patron ne se décide enfin à entreprendre une carrière en solo.

Le légendaire directeur artistique de Columbia, John Hammond (Senior, il est le père du bluesman John Hammond Jr.) est convaincu du potentiel de son futur poulain après l'audition de « It's Hard To Be A Saint In The City » seul à la guitare. Deux albums coup sur coup sont publiés en 1973, le premier dont le son sans grand relief a vieilli. Les deux disques sont des échecs commerciaux à leur sortie, bien que The Wild, The Innocent And The E Street Shuffle soit consacré parmi les dix meilleurs albums de l'année par Rolling Stone.

Le 2 avril 74 il rencontre pour la première fois le chroniqueur de Rolling Stone et producteur (MC5) Jon Landau ; inspiré par un concert donné à Boston le 9 mai suivant il écrit dans le journal local Real Paper cette formule qui devient célèbre : « J'ai vu l'avenir du rock 'n' roll et son nom est Bruce Springsteen ».

Le 20 juillet 1975 pour un premier concert à Providence (Rhode Island), le E Street Band prend sa forme définitive : « Miami » - surnommé ainsi parce qu'il déteste l'hiver - Steve Van Zandt à la deuxième guitare, Clarence Clemons (saxo), Gary Tallent (basse), Danny Federici (orgue), Roy Bittan (piano) et Max Weinberg (batterie).

L'album Born To Run sort en octobre 1975, aussitôt célébré comme l'un des plus importants disques de rock de tous les temps, un classique. Les stations de radio adoptent les « Thunder Road » et « Born To Run ». Il met le pied en Europe pour la première fois le 18 novembre 1975 à l'Hammersmith Odeon à Londres, mais ne se produit qu'à Stockholm et Amsterdam.

Son quatrième album sort en mai 1978, toujours considéré comme le meilleur de sa carrière par les fans de la première heure, Darkness on the Edge of Town. Le E Street Band et lui passent le reste de l'année sur la route, dont trois soirées consécutives en août au Madison Square Garden à New York. Le 10 septembre à Cincinnati il inaugure la chanson qu'il a co-écrite avec Patti Smith  : « Because the Night » que lui ne publiera jamais. Contrairement à une idée répandue, il ne l'a pas écrite pour elle. The River sort en octobre 1980 et est son premier album n°1 américain, avec l'album sous le bras il décide de conquérir l'Europe où il est accueilli en triomphateur. Le 18 avril 1981, il se produit pour la première fois à Paris, au Palais des Sports de Saint-Ouen.

En 1982, l'album Nebraska est un disque solo, acoustique et intime qui comble les voeux de John Hammond Sr. Bruce Springsteen est maintenant au même rang que des Woody Guthrie ou Bob Dylan. En 1984, Born in the U.S.A. reste deux mois consécutifs n°1 aux États-Unis, avec plus de vingt millions de ventes sur ce marché. Sur ses douze chansons, sept vont se classer parmi les dix meilleures ventes de singles en 1984 et 1985.

Fin 1986, pour enfin couper court à tous les « pirates » qui circulent depuis plus de dix ans, Columbia sort un ambitieux coffret de cinq disques « live » retraçant sa carrière, à la durée correspondant à celle d'un concert « moyen », trois heures vingt. Trois ans après Born in the U.S.A. il est attendu au tournant pour Tunnel of Love, moins éclatant et plus romantique (son 4ème n°1) ; le « Boss » séduit enfin sa choriste depuis 1984 Patti Scialfa lors du Tunnel  of Love Express Tour entraînant son divorce d'avec Julianne en août 1987.

La sortie simultanée le 31 mars 1992 de deux albums médiocres, Lucky Town et Human Touch, marque la fin provisoire de sa collaboration avec le E. Street Band. Mais en 1993, le réalisateur Jonathan Demme lui demande de composer le thème de son film Philadelphia, le bouleversant « Streets of Philadelphia » est un hit international début 1994 et lui vaut un Oscar pour la meilleure chanson de film.

Le succès international au printemps 1995 de son Greatest Hits confirme une popularité intacte et augure d'une nouvelle association avec le E Street Band grâce au violent inédit « Murders Incorporated ». L'album dépouillé The Ghost of Tom Joad enregistré en petite formation ou seul, où il taille en pièces « le rêve américain », passe en revue tous les déboires des États-Unis depuis la grande dépression des années 1930, en s'inspirant des thèmes de Les Raisins de la colère de John Steinbeck.

En avril 1999 Bruce Springsteen renoue avec le E Street Band pour un premier concert à Barcelone, augmenté du guitariste et chanteur Nils Lofgren. Il entame en 2002 sa quatrième décennie de carrière avec l'un des meilleurs albums de celle-ci :The Rising, album rock attendu depuis Born in the U.S.A., Bruce Springsteen y va de sa complainte sur l'attentat des tours jumelles l'année précédente avec l'émouvant « My City of Ruins ». Il surprend encore trois ans plus tard avec le sombre et intimiste Devils & Dust, où il confie ses problèmes existentiels. En 2006, il rend hommage au folk et à Pete Seeger avec l'album We Shall Overcome. Prolifique, il rassemble encore son formidable orchestre en 2007 pour Magic, recueil plus enjoué que le précédent.

En 2009, Working on a Dream voit Bruce Springsteen en manque d'inspiration, mais prêt à reprendre la route comme à l'habitude en bête de scène qu'il est. Il retrouve ses accents contestataires pour Wrecking Ball (mars 2012). Si dénoncer la crise financière mondiale et militer pour la ré-élection du président Barack Obama ne choque en rien les fidèles, l'introduction d'une touche de rap ou d'electro sur l'album provoques quelques crises d'urticaire.

En mars 2013, le guitariste de Rage Against the Machine Tom Morello remplace Steven Van Zandt pour la partie australienne de la tournée Wrecking Ball Tour. L'habituel compagnon d'armes du « Boss » est en effet retenu par le tournage de la série Lillyhammer dont il est le personnage principal. Bruce Springsteen et le E Street Band en profitent pour enregistrer de nouvelles chansons, des reprises de titres anciens, une chanson de The Saints et une autre de Suicide. Ces séances font l'objet de l'album High Hopes sorti en janvier 2014.

En 2016, Bruce Springsteen, affichant 43 ans d'une riche carrière, s'adonne à l'écriture de son autobiographie, Born to Run. L'objet très attendu par son public, est accompagné d'une compilation, Chapter and Verse, dont les titres, sélectionnés par le Boss lui-même, suivent la narration. C'est dans le même esprit qu'est enregistré et filmé le spectacle Springsteen on Broadway (2018), un concert solo entrecoupé de récits personnels, récompensé par un Tony Award avant sa sortie. Tout aussi personnel, l'album qu'il sort l'année suivante, Western Stars évoque l'Ouest américain tel qu'il le fantasmait durant sa jeunesse depuis la côte Est. Il y renoue avec le souffle épique de ses débuts, convoquant de nouveau les élans cuivrés du E Street Band.