Artist picture of Peter Von Poehl

Peter Von Poehl

14 922 fans

Artistes similaires

Playlists

Biographie

Peter Von Poehl naît en 1972 d'une mère suédoise et d'un père allemand en Suède, où il vit une enfance choyée et heureuse. Il s'installe en France en 1998. C'est Bertrand Burgalat qui repère en premier le talent de ce multi-instrumentiste ; et l'engage comme guitariste pour son label Tricatel. Von Poehl participe ainsi en 2000 à l'album Présence humaine de Michel Houellebecq, et retrouve ainsi à jouer au sein de A.S. Dragon.

Un Suédois à Paris...puis à Berlin

Formé pour assurer la tournée de Houellebecq, ce groupe d'accompagnement réunit Fred Jimenez à la basse, Michael Garçon aux claviers, Stéphane Salvi au chant, Hervé Bouétard à la batterie et donc von Poehl à la guitare. Ils accompagnent également Alain Chamfort en studio et en concert, puis Burgalat sur ses disques du moment et une tournée dont restera un album live : Bertrand Burgalat meet A.S Dragon (2001). Peu après, les membres de A.S. Dragon formulent leur désir de devenir un groupe de rock à part entière. Ce n'est pas ce que souhaite Peter von Poehl, qui s'éclipse de la formation.

En 2004, il s'installe à Berlin, où il fonde son propre label, Graeferecordings, avec son ami Florian Horwath. Ce qui ne l'empêche guère de composer, jouer et produire sur les albums des autres, comme Marie Modiano (I'm Not a Rose, 2006 et Outland, 2008) Lio (Dites au prince charmant, 2006), son ami Doriand (Le Grand bain, 2006). Il réalise également le troisième album de Vincent Delerm, Les Piqûres d'araignée (2006) avant de participer aux tournées de Phoenix et Air dont il assure avec brio les premières parties - ce qui contribuera fortement à le faire connaître.

La révélation de Going Where the Tea-Trees Are

En plus de toutes ses activités de parolier et compositeur pour les autres, Peter von Poehl travaille également sur ses projets personnels - dont son premier album, qui doit originellement s'intituler Mummenschanz. Ce mot emprunté au vieil allemand signifie « musicien bouffon itinérant », en substance « troubadour ». Enregistré entre les paysages campagnards de la Suède et les rues citadines de Belin, l'album se nomme en définitive Going Where the Tea-Trees Are, et se révèle empreint d'un véritable désir de retour aux sources suédoises.

Manquant de moyens, von Poehl le publie d'abord en format 45 tours. La station de radio française Nova en prend par hasard connaissance, et, criant au génie, s'empresse le passer en boucle sur les ondes. C'est le début de la reconnaissance : Peter von Poehl peut alors signer chez le label français Tôt ou Tard, qui sort Going Where the Tea-Trees Are en mai 2006.

L'album, chef d'oeuvre de pop-folk lunaire et sensible, connaît une belle reconnaissance critique, puis publique. En 2008, alors que Going Where the Tea-Trees Are sort aux Etats-Unis et en Australie, Peter von Poehl commence lors de ses concerts (de plus en plus prisés) à présenter les chansons de son prochain album, May Day, prévu en 2009, dont certaines chansons ont été écrites avec Marie Modiano. Parallèlement, il continue à collaborer avec d'autres artistes comme Vincent Delerm (Quinze Chansons, novembre 2008).

Artiste complet

Partageant sa vie et puisant ses inspirations entre la France, l'Allemagne et la Suède, Peter von Poehl est un compositeur et musicien accompli, capable de mélodies intimes comme d'instrumentations grandioses. Et la qualité de son écriture (pour lui et pour les autres) ne semble guère se tarir.

En février 2009 est publié son second album, May Day, un disque délicatement ouvragé, nanti de ballades graciles et de petites symphonies pop dont il a le secret. La fin d'année 2012 marque le retour de Peter von Poehl dans un nouveau genre, la musique de film avec la bande originale de Main dans la main (Valérie Donzelli) dont il signe cinq compositions. Pour son troisième album Big Issues Printed Small en 2013, Peter von Poehl privilégie la spontanéité. Enregistré en Suède en une journée avec l'arrangeur Martin Hederos (The Soundtrack of Our Lives) et le producteur Christoffer Lundquist, l'album de dix mélodies symphoniques dont le très beau « Twelve Twenty One » sort en mars 2013.