Artist picture of Marquis de Sade

Marquis de Sade

3 106 fans

Top titres de l'artiste

Glor På Vinduer Anne Linnet, Rosa Lux, Marquis de Sade 08:09

Biographie

Fruit de plusieurs formations dont Rats d'Égoûts, menée par Christian Dargelos (chant, basse), Frank Darcel (guitare) et Pierre Thomas (batterie), Marquis de Sade voit le jour à Rennes en 1978, alors que sonne outre-Manche l'heure de l'après-punk avec des groupes comme Joy Division, The Stranglers, The Clash, The Damned, etc. C'est de cette nouvelle scène, appelée à devenir la new wave quelques années après, que s'inspire entre autres le groupe, qui se revendique également des groupes américains The Velvet Underground et Television.

Le trio d'origine éclate avec l'arrivée au micro de Philippe Pascal et à la seconde guitare d'Anzia, tous deux ex-Penthotal Lethaly. Le groupe ainsi recomposé se fait rapidement une réputation scénique, notamment grâce à la gestuelle de son nouveau chanteur, tout en mouvements saccadés. Marquis de Sade est alors la formation phare d'une scène rennaise prolifique quand est enregistré le premier album Dantzig Twist (1979), avec les participations d'Arnold Turboust au piano (futur collaborateur d'Étienne Daho) et de Daniel Paboeuf (Sax Pustuls), au saxophone. Malgré son succès d'estime, comme les singles « Air Tight » et « Conrad Veidt », l'album connaîtra une reconnaissance et une influence posthumes.

Le rock au son anguleux et concis du premier album s'ouvre à des influences funk rappelant Talking Heads sur le troisième single « Rythmiques » (1980), suivi du deuxième album Rue de Siam (1981), dont est extrait « Wanda's Loving Boy ». Tout aussi important que son prédécesseur, Rue de Siam, avec les collaborations du trompettiste Éric Le Lann et du saxophoniste Philippe Herpin, en complément de Daniel Paboeuf, marque la fin de la brève aventure en raison de dissensions entre ses deux figures majeures qui s'en vont former chacune leur groupe : Marc Seberg pour Philippe Pascal (jusqu'en 1990) et Octobre pour Frank Darcel (qui ne laisse que deux albums avant de se transformer en Senso, avec un bassiste nommé Pascal Obispo). La postérité du groupe qui symbolise la génération des « jeunes gens modernes », ainsi que l'a titré le magazine Actuel en 1980, s'avère durable sur tout un pan de la scène rock française qui lui est redevable.

Ce qui ne devait que rester tel quel à la postérité connaît une suite lorsque Philippe Pascal, Frank Darcel, Thierry Alexandre et Éric Morinière (alias Eric Morgen) se retrouvent sur scène près de quarante ans après, le 16 septembre 2017, le temps d'un concert qui donne lieu à l'album en public 16.09.17, paru en fin d'année. Suite à ce succès, un projet de mini-tournée est alors échafaudé pour le printemps de l'année 2018.