Artist picture of Charles Bradley

Charles Bradley

83 623 fans

Artistes similaires

Playlists

Biographie

Charles Bradley, né à Gainesville (Floride) le 5 novembre 1948, grandit à New York dans le quartier de Brooklyn. Enfant de la balle, il fait les quatre cents coups, jusqu'au soir de l'année 1962 où sa soeur le traîne à un concert de James Brown à l'Apollo Theatre. La vie de Charles Bradley bascule alors dans la soul music, et l'adolescent passe son temps à imiter l'idole dans sa chambre.

Entré dans la vie active, Charles Bradley pratique le métier de cuisinier dans le Maine et se produit à quelques reprises sur scène où son énergie et son timbre de voix font généralement l'unanimité. Après un périple qui le mène en Californie, au Canada et dans l'Alaska, le chanteur amateur se stabilise une vingtaine d'années en Californie puis retourne à New York tenter sa dernière chance.

Celle-ci se présente enfin sous l'identité de Gabriel Roth, patron de Daptone Records qui lui propose d'enregistrer une maquette avec le groupe Sugarman 3, suivi du single « Take It As It Comes ». Présenté à Thomas Brenneck, guitariste et producteur des Dap-Kings et fondateur de Dunham Records, Charles Bradley enregistre deux autres singles avec The Bullets, futurs The Budos Band.

Sûr du potentiel commercial du soul man sur le retour, Brenneck dégote le groupe The Menahan Street Band pour l'accompagner et lui fait enregistrer « The World (Is Going Up In Flames) » et « Heartaches and Pain ». Les répétitions et nuits en studio qui suivent débouchent sur l'album No Time For Dreaming, disque de soul millésimée publié à travers le monde début 2011. 

Le succès de ce premier album tardif est suivi d'intenses tournées où Charles Bradley s'emploie à rattraper le temps perdu. Toujours soutenu par le Menahan Street Band, il enregistre son deuxième album Victim of Love paru en avril 2013. Sujet d'un documentaire intitulé Soul of America, le vétéran de la soul retrouve son groupe pour l'enregistrement de l'album suivant, No Changes (2016), dont le titre s'inspire de sa reprise d'un morceau de Black Sabbath. Sujet du documentaire Soul of America, présenté en 2012 au festival South by Southwest, Charles Bradley décède d'un cancer de l'estomac à Brooklyn (New York), le 23 septembre 2017, à l'âge de 68 ans, après avoir annulé une série de concerts.